VILLEJUIF n’est pas épargnée par les Pénélopades…

Le Conseil municipal de ce 17 mars a encore une fois été  à la hauteur de la triste Résultat de recherche d'images pour "super menteur"réputation qu’il s’est taillé depuis l’investiture de Franck LE BOHELLEC en tant que Maire.

Entre autres péripéties cette fois ci, la soumission du vœu présenté par le groupe des élus VillejuifNOTREville et demandant la transmission des arrêtés signés par le Maire fixant les conditions de rémunération de plusieurs membres de la Direction Générale nouvellement nommés.

La question fait l’objet depuis plusieurs mois d’échanges entre l’Adjoint aux Finances – l’Adjointe au Personnel  – les représentants élus du personnel au Comité Technique d’une part , et le Maire d’autre part qui n’a de cesse que d’éviter de répondre !

Dans le même temps, une alerte a été adressée au Préfet et un avis favorable à été rendu par la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) confirmant le bien fondé de la demande…

Philippe VIDAL, signataire de la charte ANTICOR, et les élus VillejuifNOTREville,  n’ont pas hésité à déposer un vœu en Conseil Municipal afin de sensibiliser les autres élu(e)s face à l’opacité du Maire sur ce dossier aux forts relents d’irrégularités dans la gestion des deniers publics (nos impôts !)

Ce vœu, les élus de la majorité proches du Maire, n’ont pas souhaité courir le risque de le voir voté ni même débattu. Aussi, se sont-ils d’un même mouvement levés pour ne plus Afficher l'image d'origineassurer le quorum et invalider toute délibération éventuelle !

Pourquoi une telle résistance malgré l’avis favorable de la CADA ?

Cette attitude totalement irrespectueuse de l’instance démocratique qu’est le Conseil Municipal fait peser de forts doutes quant à la régularité des arrêtés de rémunération des nouveaux Directeurs nommés par le Maire. Il appartient en effet au Maire de fixer les coefficients déterminants l’indemnité des agents… dans le cadre des autorisations que lui accorde le Conseil Municipal comme le Comité Technique. Ainsi, une délibération du 6 février 2014 dernier fixe un plafond et un plancher aux coefficients de la  Prime de fonctions et de résultats qui est pointée.

  • En premier lieu, la non transparence sur les rémunérations enfreint le principe selon lequel tout contribuable a le droit de connaitre l’usage fait des impôts.
  • En second lieu, cette liberté prise dans l’usage des deniers publics viole les prérogatives non seulement du Comité Technique comme de l’assemblée représentative qu’est le Conseil Municipal, ce qui constitue une atteinte non seulement au droit mais à l’essence même de la démocratie.

Une entorse au droit en entrainant une autre, la liberté de soumettre un vœu en Conseil a été également bafouée. Fait dont bien des membres de la majorité en place sont coutumiers, ainsi que l’a dénoncé un élu ce vendredi soir.

Alors qu’il n’a jamais paru si urgent de faire la lumière sur les rémunérations des collaborateurs d’élus (parlementaires, emplois fonctionnels…), de telles pratiques au sein de la collectivité Villejuifoise, ne seraient-elles pas si étonnante de la part d’un Maire qui a apporté son parrainage à M. FILLON dont la femme répond au doux prénom de Pénélope…. ?

(À suivre la publication des « fameux » arrêtés de rémunérations….)

Publicités
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :