La Majorité ne tient plus que par la menace…

Lors de la séance du Conseil Municipal de Villejuif du 3 février, Mme Maryse DUMONT-MONNET demission-ndpv a fait l’objet de menaces claires de la part d’un de ses collègues, probablement afin que la majorité municipale ne perde pas une voix.

Dans le contexte d’une séance une fois encore marquée par les tensions et les invectives, la Conseillère Municipale, également Conseillère déléguée à la Performance de l’action publique et au suivi des indicateurs, aurait eu le malheur de tenter de quitter une séance sans laisser son pouvoir de vote.

Cette sortie n’a pas été tolérée par certains collègues élus de son groupe politique qui auraient poursuivi Mme DUMONT-MONNET afin de la convaincre de rester en séance.

Ce groupe, auquel Mme DUMONT-MONNET appartenait jusque-là également, est celui dont le Maire de Villejuif est le plus proche, affilié au parti « Les Républicains » et issu de la liste « Nouvelle Dynamique Pour Villejuif » (NDPV) .

Aux dires de Mme DUMONT-MONNET, l’échange ayant suivi se serait très mal passé allant, afin de la convaincre de lui confier son pouvoir, à avoir recours à des arguments Menacesconfinant à la menace !.

L’enjeu était en effet qu’une délibération à l’ordre du jour, dont l’adoption n’était pas certaine, passe tout de même. L’objet problématique en était l’octroi au futur DGS d’un logement de fonction.

Pour parvenir à ses fins, un élu n’aurait ainsi pas hésité à lui faire comprendre, que si elle n’obtempérait pas elle aurait à « en assumer toute la responsabilité». Perturbée, Mme DUMONT-MONNET a cédé et quelques minutes plus tard, la délibération passait à une majorité peu confortable de 21 voix pour et 20 contre !lettredes17

L’usage de tels procédés à son encontre ne serait pas inédit, affirme aujourd’hui la Conseillère déléguée. Mme DUMONT-MONNET aurait en effet parfois défendu des positions en dissonance avec son groupe. Voici quelques mois, elle était en effet parvenue à résister aux pressions visant à ce que sa signature apparaisse au bas de la fameuse « lettre des 17 ».

Pour mémoire, ce courrier rendu public par les 17 élus signataires, s’en prenait aux agents municipaux auxquels il était reproché plusieurs manquements. Ce courrier continuerait d’ailleurs à faire l’objet d’un contentieux lourd entre cette partie de l’exécutif et les représentants du personnel.

Profondément choquée par le procédé usé à son encontre ce vendredi soir, la Conseillère s’est vue accorder par son médecin un arrêt de travail. Dès ce lundi elle annonçait au Maire et aux autres élus sa démission du groupe NDPV avec lequel il lui est désormais impossible de se montrer solidaire.

Publicités
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :