Conseil Municipal du 13 Juin : Bilan Financier 2013

CM 20140613A l’occasion de l’approbation du compte administratif 2013(*), M. Philippe VIDAL, adjoint chargé des Finances est intervenu sur l’héritage financier de la ville laissé par les sortants …

(*) Le compte administratif retrace la situation exacte et réelle des finances de la collectivité (opérations réalisées et les restes à réaliser). Le compte administratif doit correspondre au compte de gestion, établi parallèlement par le comptable de la collectivité.Philippe-Vidal

« Monsieur le Maire
Mesdames, Messieurs les Adjoints et Conseillers Municipaux
Mesdames et Messieurs des services
Mesdames, Messieurs présents dans le public,

Je tiens tout d’abord à remercier le rapporteur de ce rapport M. Perillat-Bottonnet pour la justesse et l’impartialité de ces propos lors de la présentation faite du compte administratif 2013 de notre Municipalité.
Par contre je souhaite apporter un éclairage un peu moins angélique que celui apporté par M. Gilles Lafon s’agissant de la lecture de ce compte ainsi que du bilan depuis 2008.

Si le décalage entre les prévisions et le réalisé 2013 est effectivement relativement modéré et l’on peut s’en féliciter, il faut néanmoins tenir compte du fait que 2 budgets supplémentaires + 2 décisions modificatives ont été adoptées en cours d’année ce qui de fait limite les écarts possibles.
Par contre, et sans polémique inutile, quelques points méritent d’être soulevés, ne serait-ce qu’à titre d’alerte pour l’ensemble du nouvel exécutif.

  1. Les charges de fonctionnement 2013 ont progressé plus vite que les produits (environ 3,5% contre 1%) à commencer par les charges financières à près de +20% en 2013 ainsi que les dépenses de personnel à +6%.
  2. Ces dépenses de personnel d’ailleurs qui pèse pour près de 62% sur les dépenses réelles de fonctionnement versus une moyenne de la strate à environ 58% (soit un écart de près de 2,5 M€)
  3. Par ailleurs, la croissance des recettes fiscales s’est fortement amoindrie en 2013, à +2,4% versus +6,1% en 2012
  4. Et surtout, la capacité d’autofinancement (CAF) qui constitue l’indicateur de gestion par excellence poursuit sa chute depuis 2011, au point même que pour la 1ère fois depuis 2008, la CAF brute est insuffisante pour couvrir l’intégralité du remboursement en capital de l’annuité d’emprunt.
  5. Et même si depuis 2011 le désendettement a commencé, les choix désastreux du passé amène à une charge financière qui a progressé de plus de 60% sur les 3 dernières années dont 20% sur 2013 alors que les taux d’intérêt ont peu évolué.

Ce rapport d’approbation du compte administratif est donc l’occasion de rappeler la situation financière catastrophique dans laquelle les donneurs de leçons d’aujourd’hui, années après années ont plongé notre collectivité.

Je vous remercie pour votre attention »

Philippe VIDAL

 

Publicités
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :