Malgré la situation financière trouvée, les Impôts locaux n’augmenteront pas à VILLEJUIF

logo VILLEJUIFDans une salle archi-comble et dans une ambiance « électrique », la nouvelle majorité Municipale a courageusement décidé de ne pas alourdir la pression fiscale locale lors du Conseil Municipal du 29 Avril (l’ordre du jour complet est ici : CM 29.4.14 P1)

Ci dessous l’intervention de Philippe VIDAL, adjoint aux finances

Monsieur le Maire,PhVIDAL

Mesdames, Messieurs les Adjoints et Conseillers Municipaux,

Mesdames et Messieurs des services, et notamment des services financiers que je remercie pour la qualité de nos échanges et le professionnalisme des actions,

Mesdames, Messieurs présents dans le public à qui j’adresse un bonjour républicain et citoyen.

L’objet de ce rapport est donc de fixer la base de nos recettes fiscales pour l’année 2014, dans un contexte :

  • de renouvellement de majorité municipale, et donc d’un budget primitif voté par une majorité menacée à moins de 3 mois d’une échéance électorale avec tout ce que cela peut comporter comme choix d’arbitrages ou plutôt comme volonté de non-arbitrage !
  • d’échéances à venir incontournables et qui pèseront inévitablement sur nos dépenses, échéances qui bien que connues de l’ancienne majorité (comme l’impact de la revalorisation des catégories C) n’ont pas fait l’objet de lignes spécifiques dans le budget primitif voté
  • et pour finir dans un contexte où les bases d’imposition communiquées par les services fiscaux se trouvent être nettement inférieures aux estimations posées lors de la construction du budget primitif amenant à un déficit de recette de près 1,2M€

C’est donc à une situation budgétaire extrêmement difficile que nous devons faire face, fruit d’une gestion dispendieuse tout au long de ces dernières décennies par l’équipe sortante, avec comme résultat une dette abyssale que tout le monde connait, équipe sortante qui à titre d’illustration n’a pas hésité par exemple à consommer près de 60% du budget annuel Fêtes et Cérémonies à fin Mars, auprès de la fameuse SEMGEST.

Malgré cela, la nouvelle majorité propose de respecter les engagements pris devant les électeurs de maitrise de la pression fiscale locale et de maintenir les taux des taxes d’habitation, taxes foncières bâties et non bâties au niveau antérieur, à savoir :

  • Taxe d’habitation : 19,48%
  • Taxe foncière bâties : 24,84 %
  • Taxe foncières non bâties : 124,54 %

Pour un produit fiscal direct d’environ 34,5 M€ et une recette fiscale globale 2014 d’un peu plus de 36 M€.

Au nom de tout l’exécutif Municipal, je tiens à saluer cette décision collective courageuse et responsable.

Comme cette décision de maitrise de la pression fiscale à Villejuif n’a pas vocation :

  • à réduire la qualité des prestations fournies auprès de la population et notamment vers ceux qui en ont le plus besoin,
  • n’a pas vocation non plus à altérer les conditions de travail de nos agents,

Cette décision nécessitera donc d’optimiser nos modes et coûts de fonctionnement.

Il va nous falloir :

  • faire avec les déséquilibres de recettes annoncés,
  • trouver le moyen de faire face aux dépenses contraintes attendues,
  • nous mettre en capacité de générer l’autofinancement nécessaire à la mise en place des investissements d’équipements attendus par nos concitoyens

Dans ce contexte, et sans attendre les conclusions de l’audit des finances de notre ville qui pourrait nous amener à revoir un certain nombre de projets/dossier en cours, la maitrise rigoureuse de l’exécution budgétaire 2014 va donc constituer une priorité absolue pour tous.

Cette maitrise s’appuiera sur 3 lignes de force :

  1. la plus grande rigueur sur l’évaluation de la pertinence, et sur la mesure de l’efficience des actions et dépenses à engager,
  2. un renforcement et une rationalisation de l’ensemble de nos procédures d’achat (dépenser moins pour faire mieux)
  3. la systématisation de la recherche de sources de financements extérieurs,

Sans cet effort nécessaire de responsabilité, c’est notre politique de solidarité qui serait mise à mal.

Responsabilité et Solidarité voilà bien les 2 axes qui structureront nos politiques budgétaires au cours de cette mandature.

Je vous propose mes chers collègues dans cette veine, de vous prononcer aujourd’hui sur ces propositions, qui si elles sont synonymes de stabilisation de notre fiscalité locale, sont également synonymes de notre responsabilité collective sur le budget.

Merci

Philippe VIDAL

Publicités

1 commentaire

  1. rollin-coutant

     /  30/04/2014

    Bonne analyse, je retiens le mot solidarité, dans le quartier sud nous en avons bien besoin.
    je suis à votre disposition pour vous faire le bilan des actions qui fonctionnent et celles qu’il faut revoir. On peut faire plus sans dépenser forcément plus, il suffit de faire autrement. j’y travaille.

%d blogueurs aiment cette page :